participe passé

  • Cordary Noëlle, L’orthographe du participe passé : les entretiens métagraphiques pour évaluer et comprendre les difficultés des élèves en classe de seconde. Synergie France n°6, 2010, p 77-84.

     

    Cet article présente une recherche menée à partir d’un corpus constitués d’écrits d’élèves de seconde accompagnés de leurs commentaires métagraphiques sur l’écriture des participes passés. L’enquête a mis à jour un nombre fini de procédures conduisant à l’erreur dont deux sont décrites dans l’article : la substitution d’un accord fondé sur l’énonciation au lieu d’un accord fondé sur le sujet grammatical (*ça me fais rêver, je mets –s parce que c’est moi); la confusion due à l’homographie entre suffixe de personne et finale lexicale du participe passé pour les participes passés en –i ou en –u (il écrit/il a écrit ; je pris/j’ai pris mais il finit/*il a finit et il prit/*il a prit). L’étude met au jour la différence de traitement par les élèves des participes passés en –é et ceux en –i ou en –u.

  • Des études menées en France et au Québec ont montré que la transition primaire-secondaire (environ 12 ans) peut constituer un moment de vulnérabilité pour plusieurs élèves relativement à leurs apprentissages grammaticaux (Boyer, 2012; Brissaud, Cogis et Totereau, 2014). Un de leur nœud de difficulté réside notamment dans la gestion orthographique des verbes lorsque ceux-ci sont conjugués à des temps composés (Boyer, 2012; Brissaud et Sandon, 1999). Afin d’élaborer des dispositifs didactiques susceptibles d’aider les élèves en ce sens, certains chercheurs recommandent de prendre en compte leurs représentations grammaticales (Cogis, 2005; Nadeau & Fisher, 2006). Suivant cette idée, et face au manque de données scientifiques au Québec, nous avons conduit une étude multicas visant à décrire les représentations grammaticales sur les temps composés d’élèves de première secondaire. Cet article se propose donc de présenter une partie des résultats obtenus dans le cadre de l’étude, en mettant l’accent sur une meilleure compréhension de l’utilisation de certaines stratégies de substitution. L’article se conclut en faisant mention de quelques pistes d’intervention didactiques.

    Pour citer cet article

    Boisvert M. & Boyer P. (2019). "L’utilisation de stratégies de substitution pour orthographier l’auxiliaire et le participe passé". Scolagram n° 5 Pédagogie de la règle ou Didactique du truc ?. En ligne : https://scolagram.u-cergy.fr/index.php/content_page/item/306-l-utilisation-de-strategies-de-substitution-pour-orthographier-l-auxiliaire-et-le-participe-passe

Recherche

Contact | Mentions légales

Joomla

Copyright © 2019 Scolagram - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Connexion