Bibliographie

 AIde

La notion de « groupe » dans la phrase : une mise à l’épreuve en formation

Cet article part du constat que les représentations de la langue le plus largement partagées par les professeurs d’école stagiaires entrent en conflit avec les attentes de la formation. L’analyse d’un atelier de pratique professionnelle sur les groupes syntaxiques en fournit l’illustration : difficulté à cerner la notion, à concevoir des manipulations qui n’aient pas pour seule finalité la gestion des accords, à étayer l’élaboration conceptuelle des élèves et à faire des choix terminologiques appropriés. Ce bilan interroge à la fois les contenus de l’enseignement grammatical et les pratiques de formation. Il apparait en effet que les ambigüités sur la notion de groupe sont inscrites dans les programmes et renvoient à l’absence de choix théoriques. Pour nécessaires qu’elles soient, les clarifications attendues ne suffisent pas.

C’est pourquoi, on s’est attaché à dégager des éléments d’expertise professionnelle et à décrire des activités mettant les futurs enseignants en situation de réflexion active sur le fonctionnement de la langue.

 

Cogis, D., Elalouf, M. L., & Brinker, V. (2009). La notion de «groupe» dans la phrase: une mise à l’épreuve en formation. Repères. Recherches en didactique du français langue maternelle, (39), 57-81.

Cordary Noëlle, L’orthographe du participe passé : les entretiens métagraphiques pour évaluer et comprendre les difficultés des élèves en classe de seconde. Synergie France n°6, 2010, p 77-84.

 

Cet article présente une recherche menée à partir d’un corpus constitués d’écrits d’élèves de seconde accompagnés de leurs commentaires métagraphiques sur l’écriture des participes passés. L’enquête a mis à jour un nombre fini de procédures conduisant à l’erreur dont deux sont décrites dans l’article : la substitution d’un accord fondé sur l’énonciation au lieu d’un accord fondé sur le sujet grammatical (*ça me fais rêver, je mets –s parce que c’est moi); la confusion due à l’homographie entre suffixe de personne et finale lexicale du participe passé pour les participes passés en –i ou en –u (il écrit/il a écrit ; je pris/j’ai pris mais il finit/*il a finit et il prit/*il a prit). L’étude met au jour la différence de traitement par les élèves des participes passés en –é et ceux en –i ou en –u.

La morphologie verbale : repérer les complexités et les régularités

L’article analyse le traitement de la morphologie verbale par les Instructions Officielles. Il présente une expérimentation auprès d’élèves de cinquième visant à une remise en cause des classements habituels des verbes (par groupe) dans le cadre de l’apprentissage de la conjugaison et de l’illusion de leur maîtrise par ces classements. Il montre que les élèves sont capables d’une analyse de ces classements et qu’un classement des verbes par nombre de bases au présent permet d’appréhender plus facilement cet apprentissage. 

 

David, J., & Renvoisé, C. (2010). La morphologie verbale: repérer les complexités et les régularités. Synergie France, 6, 61-75.

DAVID, Jacques (2005). Catégories langagières et cognitives. L’exemple des premiers apprentissages de l’écriture, Le français aujourd’hui, 151, Penser, classer. Les catégories de la discipline, 81-94.

DOLZ, Joaquim et SIMARD, Claude (2007). Pratiques d’enseignement grammatical : Points de vue de l’enseignant et de l’élève, Laval : PUL.

Dourojeanni, Dominique, Quet, François (2007). Problèmes de grammaire pour le cycle 3. Paris : Hatier.

Eshkol, I. (2005). La construction du concept de “verbe”. In Vaguer C. & Leeman D. (éds), De la langue au texte. Le verbe dans tous ses états (2). Namur : Presses universitaires de Namur & Cedocef, coll. Diptyque n°4. 17-36.

FERREIRO, Emilia (2000). L’écriture avant la lettre. Paris : Hachette.

Fisher, Carole (2004). La place des représentations des apprenants en didactique de la grammaire. In Vargas C. (dir.), Langues et études de la langue. Approches linguistiques et didactiques. Aix-en-Provence : Presses Universitaires de Provence. 383-393.

"FRANÇOIS, Frédéric (2003). Qu’apprend-on? ""La langue"" ou des ""façons de mettre en mots""?, Le Français aujourd’hui, 141, Enseigner la langue de l’école au lycée, 21-35."

GARCIA-DEBANC, C., CONFAIS, J.P. et GRANDATY, M. (Eds.) (2001). Quelles grammaires enseigner à l’école et au collège ? Discours, genres, texte, phrases. Paris : Delagrave et Toulouse : CRDP Midi-Pyrénées.

Recherche

Contact | Mentions légales

Joomla

Copyright © 2018 Scolagram - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Connexion